Je n'arriverai jamais à comprendre...

Lorsque j'étais petite, dans un autre siècle, je me souviens parfaitement de mes premières armes en vélo: concentrée, les deux mains crispées sur mon guidon et les yeux rivés devant moi. Pas de casque ni de protection voyons, nous étions au début des années 80!

Immanquablement, ces premiers essais (ainsi que les escapades qui ont suivi) ont tous apporté leur lot de bobos, d'égratignures, et je me suis même ouvert le genou en tombant sur une pierre taillée comme un rasoir (elle fichait quoi sur le trottoir?); j'en porte encore la cicatrice trente ans plus tard...

Maintenant, tout est conçu pour que nous puissions faire du vélo (ou du patin à roues alignées, ou autre sport extrême) en toute sécurité. Casques, protège-coudes, protège-genoux, vêtements adaptés... ne manque que le rouleau de papier bulle et nous voilà invincibles! La plupart des parents aujourd'hui seraient horrifiés de voir un enfant faire du vélo sans son casque, alors que dans notre temps, un «ti-cul» avec un casque serait vite devenu le souffre-douleur du quartier.

Mais si nous nous rappelons fort bien la douleur éprouvée quand nos petits genoux rencontraient le bitume à 15 km/h lorsque nous tombions de notre vélo, et compte tenu du nombre de bouteilles de mercurochrome que nos pauvres parents ont dû acheter à cause de nous, quelqu'un pourrait-il m'expliquer comment font les gens pour rouler encore en short, camisole et sandales... sur une moto?

Sécurité en motocyclette

J'ai toujours une pensée pour ces personnes lorsque je les vois filer à vive allure sur l'autoroute; et si un accident survenait ? Il faudrait davantage qu'une bouteille de mercurochrome pour soigner les blessures... les radios, les journaux et même l'internet nous martèlent le crâne de messages sur la sécurité et sur les moyens de prévenir les blessures, tant à bicyclette qu'en voiture. Il semblerait toutefois que le monde des motocyclistes ait été oublié.

Transports Canada met en garde les motocyclistes contre les dangers de porter des vêtements inappropriés lors de la pratique de leur sport préféré; cependant, il ne semble exister aucune loi au pays en ce sens, sauf pour le port obligatoire d'un casque homologué. Certes, la sensation de rouler à tombeau ouvert sur un engin à deux roues, à tous vents, doit être grisante; mais le simple fait de penser aux risques encourus me fait vite déchanter.

Même si la majorité des motocyclistes que je croise portent des vêtements adéquats, reste que certains (surtout, malheureusement, des femmes prenant place à l'arrière) risquent de très graves blessures en cas de chute, ou même en recevant un objet; regardez les dommages au parebrise de votre voiture quand un petit caillou vous heurte sur l'autoroute, imaginez le recevoir sur une cuisse...

Selon Transports Canada, les motocyclistes devraient préconiser des vêtements qui:

  • protègent en cas de chute, comme des bottes, des gants et des vêtements protégeant les épaules, les coudes, les genoux, les hanches et le dos.
  • protègent aussi contre le mauvais temps.

Même si ces vêtements représentent une coquette somme à inclure à son budget, elle sera toutefois moins importante que celle requise par les nombreuses chirurgies esthétiques nécessaires en cas d'accident à haute (ou même à moyenne) vitesse.

Bon été et soyez prudents!

Source: Transport Canada: www.tc.gc.ca

Sécurité